+44 (791) 079-8780
tours
objects
extreme
residence
food

Name:
Phone:
E-mail:
Comment:

Avis des clients

Je ne peux pas croire jusqu’aujourd’hui que tout ça s’est passé avec moi. J’étais toujours sainte nitouche. Mon frère aîné a décidé d’y aller et m’a pris avec lui. Maintenant personne ne sait ce qu’on peut faire avec moi car je suis devenu aventurier. Tout le temps tu veux sentir de l’adrénaline dans ton sang. Mais c’est super! Je n’ai pas même la peur de faire connaissance avec des jeunes filles, après un tel voyage je suis gars extra, j’ai ce qu’on peut étonner une jeune fille. Ensuite, je le conseille à tous! Reposez-vous avec ‘Russian Urban Travel’ c’est la variante la plus meilleure. Tu ne le verras jamais.


Je voudrais toujours faire du rope-jumping, mais je ne pouvais pas surmonter ma peur. Tous mes amis l’ont déjà fait et ont dit que c’était quelque chose inoubliable. Quant à moi, j’ai tâché tout ce qu’on peut croire extrême, mais le rope-jumping était plus fort que moi. Quand j’ai vu que dans le programme il y avait le rope-jumping je ne pensais jamais que je pourrais m’y décider. Mais après toutes impressions du voyage je l’ai fait. La sensation du vol libre c’est super! Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt!


L’usine chimique abandonnée

Il y a plus de 20 bâtiments sur le territoire de l’usine chimique dans la ville de Rochalle qui devient dévastée. Les plus vieilles constructions sont datées de 1920 mais il y a aussi des constructions plus modernes. La surface totale de l’usine compte 450 hectares. Elle a été fermée en 1999.

Rochalle elle-même fait l’effet de la ville-fantôme grâce aux rues non-animées avec les noms de l’époque soviétique et les bâtiments de la même époque, la plupart desquels est abandonnée. Quand l’usine fonctionnait encore, la plupart de femmes qui y travaillaient retournait chez elles en larmes. Quand elle marchaient sur le chemin de l’usine où une couche épaisse de l’oxyde acide se précipitait, leurs collants de capron s’effilaient jusqu’aux genoux. L’acide brûlait immédiatement la matière. Presque la même chose se passait avec les pneus. Il fallait les changer tout le temps.

Selon les habitants du lieu, quand l’usine fonctionnait, il y avait une fumée rouge au-dessus de la ville. Il n'y a rien d'étonnant que la ville se dépeuple aujourd’hui. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui puissent survivre l’attaque chimique quotidienne. Il existe une théorie qui dit que les vapeurs des éléments chimiques peuvent influencer nos organismes faibles même dans les années. Suivant cette théorie, c'est douteux qu'il y a ici des personnes absolument saines.

D'ailleurs, on ne tardera ici que pour peu de temps, donc rien ne nous menace sauf des impressions fortes et éclatantes.

Photos



Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo

Photo